Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 12:00


Incroyable, mais vrai pourtant ! Un abonné à La Lettre d'annonce des Amis de Chesterton nous a écrits pour nous demander notre avis sur cette bande dessinée découverte par hasard chez un marchand.

Publiée aux éditions Claude Lefrancq éditeur, dans la collection Détectives, cette BD s'intitule "Abbé Brown. La Croix de saphir". On l'aura compris, il s'agit d'une adaptation pour le neuvième art de quelques histoires du father Brown. Cet album date de février 1991. Il est le fruit d'une collaboration entre Chesterton (forcément !), François Rivière pour l'adaptation et le scénario ainsi qu'Yves Urbain pour le dessin. Les histoires présentes dans cet album sont :

La Croix de saphir, adaptation de la première histoire du father Brown : La Croix bleue;
Le Jardin secret : sans titre dans l'album;
Les étoiles filantes : sans titre dans l'album
L'épée brisée : sans titre dans l'album.
Cette dernière histoire se termine dans un pub, avec un tableau représentant le général Saint-Clare avec son épée brisée. Le father Brown ainsi que Flambeau boivent chacun une bonne pinte de bière. Deux autres clients sont présents. L'un ressemble à François Rivière et l'autre à Yves Urbain. Mais l'album ne se termine pas par cette dernière histoire. Les auteurs ont également mis en scène G.K. Chesterton lui-même, auquel rend visite le père Brown en personne.
L'éditeur annonçait un second album des aventures de l'abbé Brown. Il semble n'avoir jamais vu le jour.
Que penser de cette réalisation ? Il faudrait être un spécialiste de BD pour apporter un jugement sérieux. Soulignons pour notre part que François Rivière qui signe l'adaptation est un excellent connaisseur de Chesterton. Il a signé notamment l'introduction du Jardin enfumé et traduit et préfacé la traduction française du William Blake de Chesterton. La dernière histoire qui met en scène Chesterton lui-même montre une bonne connaissance de l'homme et de l'œuvre.
Que dire des dessins ? On peut les trouver enfantins. Mais c'est un style. Le father Brown nous semble bien rendu, au contraire de Chesterton, qui manque de rondeur. C'est surtout la rapidité du scénario, rendue obligatoire par les 48 pages d'une BD, qui met mal à l'aise. Peut-être y aurait-il fallu se contenter d'adapter une seule histoire plutôt que quatre ? De la même façon, des libertés, inévitables en soi, sont prises avec le texte de Chesterton. Mais on s'étonne que dans la deuxième histoire de l'album – adaptation du Jardin secret – que Valentin soit membre d'un mouvement nationaliste alors que dans l'histoire réelle il craint que la victime, Brayne, donne de l'argent "à une demi-douzaine de journaux nationalistes". Il y a une inversion ici qui trahit l'histoire de Chesterton.
Notre correspondant s'étonne également du titre donné à cet album par l'utilisation du terme "Abbé Brown". En fait, la première traduction française, publiée chez Perrin , en 1914,s'intitulait déjà L'Abbé Brown. Il s'agit d'une traduction du premier recueil, The Innocence of Father Brown, titré par la suite en français par La Clairvoyance du Père Brown, à l'exception de la récente et dernière édition, due aux éditions Ombres qui ont repris le titre : L'Innocence du père Brown.
À cela rien d'étonnant ! Il est de règle dans l'Église qu'un prêtre diocésain, à l'inverse d'un religieux, porte le titre d'abbé. Cela fut longtemps respecté en France et les nominations officielles l'utilisent toujours. En revanche, les anglo-saxons utilisent le terme de "Father" que l'on rend effectivement en français par Père. C'est donc au départ un choix de traduction qui implique d'être proche du français ou de rendre au mieux l'anglais. L'usage s'est imposé en France de parler du Père Brown. Rappelons que celui-ci n'est pas un religieux, mais un prêtre diocésain.

Et pour finir, une des planches de l'album, fin du premier épisode.


























Prochaine publication : jeudi 29 mai à 12h.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article

commentaires