Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 16:11
G.K. Chesterton vient de se trouver citer dans une querelle qui ne le concerne pas. Ce n’est pas la première fois, et certainement pas la dernière. Lecture et Tradition, bulletin littéraire contrerévolutionnaire, dans son numéro 373-374 de mars-avril 2008, mais qui vient seulement de parvenir aux lecteurs, publie une longue étude de Étienne Couvert, sur « La tradition gnostique en Angleterre ». À ce titre, Étienne Couvert se penche sur le cas Shakespeare et affirme qu’il était lui-même imprégné d’occultisme et de magie. C’est dans ce cadre qu’il cite Chesterton :
« “On peut dire en un sens que Shakespeare était païen, explique Chesterton, en ce sens qu’il n’est jamais si grand que lorsqu’il décrit les grands esprits enchaînés. Ses pièces les plus sérieuses sont un Enfer.”
Non, M. Chesterton ! William Stanley-Shakespeare
(le comte William Stanley serait selon Étienne Couvert le « vrai » Shakespeare, ndlr) n’était pas un païen, mais un satanique et c’est pour cela que ses personnages évoluent dans un monde infernal. “Ce qui n’est pas un hasard, continue Chesterton, c’est que, dans Shakespeare, le nombre de fous soit si grand. On dit qu’il les mettait là pour éclaircir un peu le fond sombre de ses drames. Je pense plutôt que c’était pour l’assombrir encore”. Évidemment, quand on vit en Enfer, on finit par devenir fou et c’est un jsute retour des choses…
Pour Hamlet, le Danemark est une prison, et pour Shakespeare, c’est le monde qui en est une” précise Chesterton. En effet tout le monologue d’Hamlet est un appel au suicide. »

Nous ne rentrerons pas dans la querelle concernant Shakespeare. Mais nous regrettons qu’il ne soit pas fait mention de l’origine des citations de Chesterton.
Dans son Chaucer, Chesterton va dans un sens qui semble contredire Étienne Couvert puisqu’il écrit :
« Que Shakespeare ait été catholique est une chose que chaque catholique sent dès le premier abord. Cette impression est d’ailleurs renforcé les quelques faits que nous connaissons de sa vie publique et politique. Elle est rendue tout à fait certaine par l’esprit et l’atmosphère de son œuvre, notamment par ce scepticisme qu’on serait tenté de prendre pour une preuve de paganisme. »

Rappelons que plusieurs ouvrages ont parus récemment dans le monde anglo-saxon pour établir la catholicité de Shakespeare.


Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article

commentaires

Philippe Maxence 21/11/2008 19:40

Non, ce n'est évidemment pas tout ce qu'il a dit sur More. Mais c'est ce que j'ai choisi de mettre dans L'Univers de Chesterton, qui n'est pas un livre réservé à des théologiens, ni une étude systèmatique, mais un libre voyage. Dans cette phrase, GKC veut tout simplement dire que les saints catholiques ou les héros catholiques comme More n'ont pas pris au tragique les jours difficiles dans lesquels ils vivaient en raison de la joie profonde apportée par la foi.

Sureau 21/11/2008 18:14

L'article passablement stupide d'Etienne Couvert charge aussi un autre éminent britannique et saint de l'Eglise catholique, patron des hommes politiques : Thomas More. Dont Chesterton disait : "On ne sait qu'une chose de Thomas More: il est mort en riant."  Est-ce tout ce que GKC a dit de l'auteur de L'Utope ?