Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 09:52
Le dernier numéro du magazine Monde et Vie (n°804, 13 décembre 2008) consacre une page entière à Chesterton, en s’attachant principalement au « Chesterton catholique social anglais ». Sur ce sujet, j’ai tenté de répondre aux questions pertinentes de Monde et Vie, dans un espace forcément limité. Il aurait fallu, en effet, pouvoir développer davantage ce qu’est le distributisme de Chesterton, les points communs et les différences avec les catholiques sociaux français ou la pertinence de cette vision face aux problèmes contemporains.
Voici un extrait de cet entretien :
« M & V: « Pour sauver la famille, il nous faut
révolutionner la nation », écrit Chesterton.
Par de nombreux côtés, cet écrivain catholique,
qui reproche au socialisme, non pas
« de vouloir révolutionner notre vie commerciale
», mais « de vouloir la conserver si horriblement
pareille », est en effet un révolutionnaire,
par exemple lorsqu’il prône le
« distributisme ». Qu’entend-il par là?
P.M.:Avant d’être une théorie économique, le
distributisme est une vision du monde qui refuse
de réduire l'homme à son aspect économique
tel qu’il découle de la révolution anthropologique
des Lumières. Il s'affirme : en premier
lieu, pour la liberté de l’homme et de sa famille,
pour qu’il soit maître de son destin : qu’il soit
concrètement propriétaire de sa maison et des
moyens de production ; deuxièmement, pour
un monde fondé sur l'acceptation des limites et
qui de ce fait respecte les petites nations et s’organise
donc de façon décentralisée. Plus de
société et moins d’État ; enfin pour des économies
plus locales, s’appuyant sur l’artisanat et
l’agriculture, sur des groupements professionnels
autogérés et des mutuelles coopératives. »

Cette page de Monde et Vie contient également un article signé H.B., présentant L’Univers de Chesterton, avec beaucoup de sympathie. L’auteur présente très finement Chesterton :
« Vu de France, Gilbert Keith Chesterton
est un auteur à la fois exotique et familier,
autrement dit anglais. A mille lieues du
cartésianisme, son mode de raisonnement
confronte l’absurde au bon sens, en appelle
à la poésie, s’appuie sur la fantaisie et aboutit
à de fulgurantes vérités.« Le poète, écritil,
ne demande qu’à mettre sa tête dans les
cieux. C’est le logicien qui cherche à mettre
le ciel dans sa tête.Et c’est sa tête qui éclate.»
Ses romans et ses contes,
La Sphère et la
Croix, Supervivant, L’Auberge volante, Le Retour
de don Quichotte, Le Napoléon de Notting Hill,
Le Club des fous, Un nommé Jeudi… sont des
paraboles dont les personnages exaltés sont
en réalité des sages, et l’on comprend mieux,
à lire Chesterton, pourquoi la Sagesse de
Dieu est souvent folie aux yeux des hommes. »


L’année 2008, année du Centenaire d’Orthodoxie et du Nommé Jeudi, aura bien été l’année Chesterton. La page de Monde et Vie le montre à sa manière, en s’intéressant à un aspect peu connu en France de Chesterton : sa pensée sociale et économique.
Monde et Vie est vendu en kiosque. Le magazine est disponible également aux coordonnées suivantes :

14, rue Edmond Valentin 75007 Paris – www.monde-vie.com
Tél. : 01 47 05 10 42 – Courriel : mondevie@monde-vie.com


Petit rappel : Pour les Parisiens ou pour les provinciaux de passage à Paris, ce samedi, je leur donne rendez-vous à la Librairie France Livres 6 rue du Petit Pont, 75005, pour dédicacer L'Univers de Chesterton, à partir de 15h00. Pour plus de renseignements : ICI.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires