Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 16:40
Après une petite interruption de ce blogue, en raison des vacances (j'espère pouvoir trouver le temps de répondre à tous les messages personnels qui m'ont été adressés), nous reprenons la mise à jour de l'actualité chestertonienne. Et tout d'abord, comment ne pas signaler le dernier numéro de la revue Catholica (n°102, hiver 2008-2009) qui présente dans une recension signée Louis Forestier L'Univers de Chesterton. En voici quelques extraits :

« En fait de petit dictionnaire, il livre ici plus de 300 pages d’aphorismes, voire de citations plus longues lorsque le besoin s’en fait sentir. Ce qui est particulièrement appréciable, c’est que ces extraits sont tirés des oeuvres les plus variées de l’écrivain, connues ou moins connues (Chaucer, Hérétiques, La vie de William Cobbett ou encore Lumières sur deux villes). De Chesterton, en effet, on ne lit généralement en France que certains textes comme la série de nouvelles policières du Father Brown — récemment rééditées (Omnibus, 2008) —, La Sphère et la Croix, L’Homme éternel ou Ce qui cloche dans le monde. Mais, rien semble-t-il n’avait été jusqu’à présent fait pour mettre à disposition du grand public la moelle substantielle des oeuvres du poète, écrivain, et même philosophe britannique. Désormais, c’est chose faite, de manière fort appréciable.
A la lecture de ce dictionnaire, on constate que cet esprit brillant cultive maintes fois le paradoxe, les phrases énigmatiques ou les formules à l’ironie parfaitement ciselée. Ainsi, par exemple, sur les questions de gouvernement. Pour Chesterton, « [l]a démocratie a cent qualités incroyables ; elle n’a en revanche qu’un énorme défaut : elle n’est pas démocratique » (art. « Démocratie ») ; « [l]e despotisme héréditaire est donc démocratique dans son essence et dans son esprit parce qu’il choisit au hasard parmi les humains. S’il ne proclame pas que tous les hommes peuvent gouverner, il proclame ce qu’il y a de plus démocratique immédiatement après, à savoir que n’importe qui peut gouverner » (art. « Despotisme »), que l’on pourrait rapprocher de l’article « Homme » : « La soumission à un homme faible est discipline. La soumission à un homme fort est servilité ».
Dans le domaine de l’économie, Chesterton ne mâche pas non plus ses mots. Ainsi, par exemple, au sujet de l’omnipotence de l’argent : « Je regardais un vieux missel dans la bibliothèque hier. Tu sais qu’ils écrivaient toujours en or le nom de Dieu ? Je crois que si on écrivait un mot en or de nos jours, ce serait le mot Or » (article « Or », à relier avec l’article « Libéralisme » : « Le libéralisme contemporain profite aux riches ; et à personne d’autre »). Mais c’est dans le domaine qui a le plus profondément changé sa vie, celui de la religion, que l’on trouve les textes les plus profonds de Chesterton. Sa définition de la Croix vaut à elle seule un départ de méditation : « La croix ne peut connaître la défaite [...] car elle est la Défaite » (art. « Croix »). »

Pour se procurer ce numéro ou faire un peu plus connaissance avec la revue Catholica, il suffit d'écrire à Catholica, 42 rue Dareau, 75014 Paris ou de se connecter sur le site de la revue : http://www.catholica.presse.fr
Revue catholique de niveau universitaire, fondée par Bernard Dumont et toujours dirigée par ses soins, Catholica est trimestrielle. Son dernier numéro a pour thème : "Retour à la raison politique".

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires

saint françois de sales 08/01/2009 21:25

bonne année avec chesterton!