Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 01:55
C’est le 25 mai prochain que paraîtra comme nous l’avons déjà annoncé un nouveau livre de Gilbert Keith Chesterton. Publié chez Gallimard, dans la collection Le Cabinet des Lettrés, l’ouvrage porte comme titre : Le meurtre des Piliers Blancs et autres textes. Comme nous l’avions également souligné, on peut s’attendre, au regard de la collection, à un ouvrage soigné et élégant, à une édition raffinée, qui fera de ce modeste livre un petit bijou de bibliothèque.
Sur 137 pages, en petit format, Le Meurtre des Piliers Blancs et autres textes regroupe trois nouvelles, traduites ici par Lionel Leforestier.
La première de ces nouvelles est celle qui donne le titre général à ce recueil : Le Meurtre des Piliers Blancs (the white pillars murder). Il s’agit d’un texte policier qui date de janvier 1925 et qui a paru dans English Life. Il met en scène le détective Adrian Hyde.
La deuxième nouvelle, Les cinq épées (The five swords) date de février 1919 et elle a paru dans Hearst’s International. Cette nouvelle a déjà connu deux éditions françaises. Une première fois dans La Tour de la Trahison, publié chez Glénat, dans la collection « Marginalia », en 1977. La traduction est de Marc Voline. Ce même volume a été repris en 2007 aux éditions de L’Arbre vengeur sous le titre général Le Jardin enfumé, qui reprend en fait dans un ordre différent les nouvelles publiées dans La Tour de la trahison. Cette nouvelle y est publiée sous le titre : Le Cinq de pique.
Enfin, la dernière nouvelle publiée est intitulée Le Prince qui disparaît (The Vanishing Prince). Elle a paru en février 1920 dans The Storyteller avant d’être reprise dans L’Homme qui en savait trop (The Man Who Knew Too Much) qui date de 1922. Ce livre a été traduit en français, dans une édition toujours disponible chez l’Age d’Homme. The Vanishing Prince y est traduite sous le titre Le Prince de l’évasion et constitue le chapitre II. La traduction est de Marie-Odile Fortier-Lasek.
Notons que la nouvelle
The five swords a été intégré dans des éditions ultérieures à celle de 1922, publiées sous le titre The Man Who Knew Too Much and other stories, qui n'ont pas servi à établir l'édition française de L'Age d'Homme qui reprend, en traduction, celle de 1922.




Nous l'avions déjà fait remarquer lors de la parution de L'Assassin modéré, il est dommage de voir repris des textes déjà publiés en français alors que l'œuvre de Chesterton fourmille encore de contes, nouvelles et textes divers inédits dans notre langue. Nous ne pouvons que réitérer notre proposition d'offre aux éditeurs de les aider à visiter plus avant le riche univers de Chesterton. En espérant être un jour entendu…

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article

commentaires