Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 00:00

Il faut savoir se réjouir. Et l’annonce dans Livre hebdo (n° 778), la publication destinée aux libraires et aux bibliothécaires, de la sortie du recueil Le Meurtre des piliers blancs est une bonne nouvelle. Ainsi Chesterton ne sera pas ignoré de ceux qui sont censés faire connaître les livres auprès du public.

Pour être honnête, il faut reconnaître que Livre hebdo avait déjà annoncé voici un an la parution, chez le même éditeur, de L’assassin modéré, publié dans la même collection. Il faut reconnaître également que l’article résume à merveille les trois nouvelles de ce nouveau recueil, n’hésitant pas en introduction à écrire : « Le Promeneur continue de nous régaler. Après L’assassin modéré suivi de l’homme au renard (2008), les amateurs de Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) vont cette fois pouvoir se précipiter sur trois succulentes nouvelles policières de l’Anglais ». Se précipiter ? C’est certainement un conseil que nous allons suivre et que nous allons inviter à suivre. Redisons-le, ce petit recueil est un bijou d’édition et les trois nouvelles bénéficient d’une belle traduction, signée Lionel Leforestier.

Il faut pourtant poser quelques questions. D’abord pourquoi une revue aussi professionnelle que Livre hebdo annonce Chesterton quand il est édité par Gallimard et non lorsqu’il est édité par l’Age d’Homme  (voir ICI, , , et ) – un recueil de contes inédits de près de 400 pages vient de sortir – ou quand il s’agit d’un petit éditeur comme L’Homme Nouveau qui propose pour la première fois l’un de ses principaux ouvrages politiques ?

Autre question : Livre hebdo annonce en introduction de son article que « Le Promeneur exhume trois nouvelles policières de l’inégalable Chesterton ». Il exhume certes, mais ces trois nouvelles, comme nous l’avons déjà signalé (voir ICI et ) ont déjà connu une parution en langue française. On peut certes estimer qu’il s’agit d’une question de jours pour la nouvelle qui donne le titre à ce recueil et que l’on trouve déjà dans le tout récent recueil de l’Age d’Homme. Il aurait été intéressant d’en informer les professionnels qui auraient pu ainsi effectuer leur travail en toute connaissance de cause.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article

commentaires