Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 00:29



Et si nous parlions d’Appreciations and Criticisms of the Works of Charles Dickens ? Ce livre de G.K. Chesterton est une preuve supplémentaire de la grande amitié littéraire qui exista entre les deux hommes et de l’intérêt profond que Chesterton eut pour son illustre prédécesseur. À de très nombreuses reprises, Chesterton cite le nom de Dickens ou l’évoque dans ses articles ou ses essais. Si nous prenons, au hasard, le livre que Chesterton consacre à Geoffrey Chaucer (1343-1400) – dont la proximité avec Dickens n’est pas évidente de prime abord – Chesterton parvient quand même à évoquer l’auteur d’Oliver Twist huit fois !

En 1906, Chesterton avait déjà consacré une étude à Dickens, renouvelant le sujet, associant bonne connaissance littéraire et intuition profonde, faisant de ce livre l’un des meilleurs sur le sujet d’après T.S. Eliot ou Peter Ackroyd, lui-même un grand spécialiste du père de David Copperfield.

Avec Appreciations and Criticisms of the Works of Charles Dickens, Chesterton revient donc à l’un de ses sujets préférés. Cette fois, il n’offre pas une étude unique, mais les préfaces qu’il écrivit aux œuvres de Dickens, éditées dans une collection de classiques populaires : Everyman’s Library. Au total 24 chapitres, précédés d’une introduction dans laquelle Chesterton tente une synthèse générale de sa vision de Dickens, qu’il compare et oppose notamment à Thackeray. Celui-ci comme Dickens fut en quelque sorte un critique social, un observateur des mœurs sociales. Mais il s’oppose à Dickens dans son acception de la société victorienne et dans son refus de décrire les aspects sordides que celle-ci engendre. De ce fait, l’introduction de Chesterton bifurque assez vite de la critique littéraire à des considérations plus politiques ou philosophiques.

Appreciations and Criticisms of the Works of Charles Dickens a paru en 1911 chez J.M. Dent & Sons, Ltd pour l’édition anglaise et chez E.P. Dutton & Co. pour l’édition américain. Accompagné de huit portraits de Dickens en pages intérieures, l’ouvrage est composé de 243 pages et de 24 chapitres :

 

 

 

Chapter 1: Introduction

Chapter 2: Sketches by Boz (Esquisse par Boz)

Chapter 3: Pickwick Papers (Les Papiers posthumes du Pickwick Club)

Chapter 4: Nickleby (La Vie et les aventures de Nicolas Nickleby)

Chapter 5: Oliver Twist

Chapter 6: Curiosity Shop (e Magasin d’antiquités)

Chapter 7: Barnaby Rudge (Barnabé Rudge)

Chapter 8: American Notes (Notes américaines)

Chapter 9: Pictures from Italy

Chapter 10: Chuzzlewit (La Vie et les aventures de Martin Chuzzlewit)

Chapter 11: Christmas Books (Un chant de Noël)

Chapter 12: Dombey (Dombey et fils)

Chapter 13: Copperfield (David Copperfield)

Chapter 14: Christmas Stories (L’Arbre de Noël)

Chapter 15: Bleak House (La Maison d'Âpre-Vent)

Chapter 16: History of England

Chapter 17: Hard Times (Les Temps difficiles)

Chapter 18: Little Dorrit (La Petite Dorritt)

Chapter 19: Tale of Two Cities (Le Conte de deux cités)

Chapter 20: Great Expectations (Les Grandes Espérances)

Chapter 21: Our Mutual Friend (L'ami commun)

Chapter 22: Edwin Drood (Le Mystère d’Edwin Drood)

Chapter 23: Humphrey's Clock (Le Pendule de Maître Humphrey)

Chapter 24: Reprinted Pieces

 

 

Outre son Dickens et Appreciations and Criticisms of the Works of Charles Dickens, Chesterton consacre revient sur ce sujet dans Le Siècle de Victoria en littérature (1913). De Dickens, il écrit notamment à cette occasion : « Dickens fut essentiellement la charge la plus réussie contre la solide école scientifique ». Mais nous en reparlerons !…

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans La malle des livres de GKC
commenter cet article

commentaires