Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 09:26


 

 














 

Un jeune avocat nommé Gandhi.


Apparemment, rien ne rapproche les deux hommes, l’un écrivain catholique anglais et l’autre grande figure nationale et spirituelle de l’Inde. Mais les apparences sont trompeuses. Sous l’écorce qui s’impose d’abord, on peut trouver entre les deux hommes quelques rapprochements à faire.

Certes, ce n’est pas le physique qui relie l’un et l’autre Chesterton et Gandhi, le bon vivant et l’ascète. Ni la religion, ni la nationalité, ni la culture. L’époque ? Oui, d’une certaine manière. L’époque et une certaine conception politique partagée d’un côté comme de l’autre.

Dans un livre consacré à Gandhi (Gandhi: Voice of a New Age Revolution, Axios Press) Martin Green affirme que Chesterton a influencé Gandhi dans sa recherche d’une voie pour l’indépendance indienne.

Il confirme ainsi les propos plus anciens de Philip Nicholas Furbank qui affirmait, dans Chesterton the Edwardian (in G.K. Chesterton: A Centenary Appraisal, John Sullivan, ed., Harper and Row, 1974) que les idées de Chesterton étaient en partie à l’origine du livre de Gandhi  Hind Swaraj. Dans le même livre, Furbank allait jusqu’à déclarer que Gandhi avait été « abasourdi » en lisant un article de Chesterton paru dans The Illustrated London News du 18 septembre 1909. De son côté Geoffrey Ashe avait également signalé la même histoire dans son livre consacré à Ghandi ((Stein & Day, NY, p. 137-138, 1968) et il l’a redit dans un ouvrage plus récent, The Offbeat Radicals (London, Metheun, 2007).

Gandhi a, en effet, lu la chronique de Chesterton du 18 septembre 1909 parue dans The Illustrated London News. Consacrée au nationalisme indien, cette chronique lui reproche non d’être indien ou nationaliste, mais d’être trop imbu de l’esprit moderne et notamment d’Herbert Spencer. D’où la question de Chesterton : quelle est la force de l’esprit national indien s’il ne peut pas protéger les Indiens contre les idées de Spencer ?

Dans le New York Times du 21 mai 1916, Chesterton reviendra sur la question en affirmant, à l’encontre de la pensée de la majorité des Britanniques d’alors, que l’Inde doit appartenir aux Indiens. L’écrivain répondait aux questions de Herendranath Maitra, auteur de « Hinduism, the World Ideal » et responsable du périodique « A Voice from India ».

Les influences sur Gandhi dépassent largement Chesterton. Le dirigeant Indien a subi l’influence de John Ruskin, de Tolstoï, de Thoreau, d’Emerson et de bien d’autres encore. Il a néanmoins témoigné lui-même de sa proximité avec Chesterton dans son combat contre la civilisation moderne et contre le fait que l’élite indienne se laissait trop souvent séduire par celle-ci. Par deux fois au moins, Gandhi a évoqué publiquement Chesterton dans Indian Opinion, un journal hebdomadaire. Dans l’édition du 22 janvier 1910 du Indian Opinion, Gandhi dit son accord explicite avec Chesterton dans l’analyse de celui-ci (parue dans The Daily News du 22 octobre 1909) dans lequel l’écrivain dit son admiration pour l’ère médiévale.

Mais c’est dans un article précédent de Gandhi (Indian Opinion du 8 janvier 1910) que celui-ci indique clairement sa proximité de pensée avec GKC. Son article commence ainsi :

« M. G.K. Chesterton est l'un des grands auteurs actuels. C’est un Anglais d'une trempe libérale. Son talent d’écrivain fait que ses articles sont lus par des millions de personnes avec une grande avidité. Dans The Illustrated London News du 18 septembre, il a écrit un article consacré au Réveil indien, qui mérite d’être lu. Je crois aussi que ce qu'il a écrit est juste ».  Dans cet article déjà évoqué plus haut, Chesterton indique que « la première difficulté, c’est que le nationalisme indien n’est pas national ». Une leçon reçue avec enthousiasme par Ghandi qui invite les Indiens à réfléchir sérieusement aux propos de Chesterton et de s’interroger sur leur fidélité aux traditions de leur pays.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Un peu d'histoire
commenter cet article

commentaires