Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:44


Image-5-copie-7.pngCette splendide monographie consacrée au poète anglais Robert Browning et écrite par Chesterton en 1903 – il avait 29 ans – vient d’être rééditée, avec une nouvelle traduction, par les éditions Le Bruit du temps.

Cette édition est une parfaite réussite tant par les qualités de la traduction, limpide en même temps que dans le ton de l’auteur, que par celles de l’objet en lui-même. Enfin un éditeur qui réédite un texte en donnant un avertissement digne de ce nom et qui remet le livre dans son contexte et en donne les grandes lignes historiques.

Enfin un éditeur qui offre un index qui permet au lecteur français du XXIe siècle de ne pas patauger trop longtemps, au risque de se décourager dans les noms et les allusions d’une autre époque.

Enfin un éditeur qui n’hésite pas à consacrer du temps pour une infime partie de son lectorat en lui offrant le texte d’origine des vers cités par Chesterton et traduits en français.

Dans La Croix de jeudi dernier (17 décembre 2009), l’écrivain et critique Patrick Kéchichian a tenu à saluer ce beau travail. Extrait :

« Une biographie, donc, mais sans les lourdeurs et les contraintes que l’on a l’habitude d’attacher au genre. Un découpage classique (la jeunesse, le mariage, la maturité, l’art poétique…), mais pas de date, ou presque. Pas d’anecdotes, de ragots, de reconstitutions d’époque, de manie du détail. À la place un tableau aux vastes et belles proportions, admiratif mais sans complaisance, des hypothèses audacieuses, des rapprochements inattendus, de féconds paradoxes, une foule d’analyses et des interrogations sur le pourquoi et le comment de la littérature… Et même des conseils très utiles pour « tous les hommes de lettres qui ne veulent pas sacrifier l’homme en ne gardant que les lettres ».

Couv-GKC530.jpg
Notons juste une petite erreur qui se trouve après cet article et qui est certainement due à la rédaction de La Croix. Il est indiqué en note que Gallimard a également édité récemment Les Arbres d’orgueil. Signalons seulement que la traduction a été réalisée avec talent par Lionel Leforestier et non par Denis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires