Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 14:30

Image-2-copie-10.pngVoici plusieurs semaines que ce blogue n’a pas été mis à jour. Nous allons essayer de rattraper notre retard et reprendre un rythme plus constant.

Le grand événement de ces dernières semaines est la parution d’Hérétiques et d’Orthodoxie, dans une nouvelle traduction, signée Lucien d’Azay, et publiée par les éditions Climats.

Après La Croix (voir ICI), le Figaro littéraire (25 mars 2010)  fut la seconde publication à en parler, en première page, dans la chronique de l’écrivain Yann Moix, sous le titre « La leçon d’humanité de Chesterton » :

« L’Autriche avait Kraus, nous avions Péguy, l’Angleterre est riche de Chesterton et de la profondeur d’une pensée, éminemment claire, qui place l’homme du côté de sa vraie force : la faiblesse ».

Image-1-copie-17.pngL’hebdomadaire Famille Chrétienne salue de son côté, dans son n° 1683 du 17 au 23 avril, « deux livres majeurs de ce géant de la littérature anglaise et mondiale » et qualifie ces ouvrages de « livres d’apologie du christianisme inclassables, où éclatent la truculence, la causticité, la lucidité et l’humour de ce “prince du paradoxe” ».

C’est encore Minute, qui sous la plume de Joël Prieur conseille à ces lecteurs de lire Chesterton en commençant paradoxalement par Orthodoxie : « Aussi curieux que cela puisse paraître, c’est dans Orthodoxie que la pensée chestertonienne est la plus aboutie, la plus libre, la plus personnelle. Dans Hérétiques, Chesterton reste tributaire des G.B. Shaw et autres Kipling, qu’il critique et qu’il admire – tout en leur élevant le bûcher réservé aux hérétiques, bûcher purement virtuel va sans dire, bûcher des mots où seules les formules sont assassines ». Prieur salue, par ailleurs, la traduction « pour la première fois » d’un « recueil d’articles anti-libéraux de notre héros, qui ne décolère pas devant la montée du capitalisme, la marchandisation de l’existence et l’exploitation du pauvres qu’elle implique ». « Cette barbarie, termine Joël Prieur, il la voit non pas comme un capitalisme “à ‘ancienne” mais comme la “république des usuriers” qui se seront mis sous le pavillon avantageux de ce que l’on appelle le socialisme : “Cette société aura peut-être pour dénomination : socialisme. Mais son véritable nom sera : esclavage ». Telle est l’utopie des usuriers. Prophétique, non ? (7 avril 2010).

COUV CHESTERTON UTOPIEC’est aussi L’Utopie des usuriers qui a retenu la plume de Michel Fromentoux dans l’Action Française 2000 (n°2792, du 15 avril au 5 mai 2010). Sous le titre « L’enfer capitaliste », Michel Fromentoux estime que « Bien que datant de presque un siècle et écrits par un Anglais, les petits essais rassemblées par les éditions de l’Homme Nouveau sous le titre Utopie des usuriers n’ont pas pris une ride et ont même atteint à l’universel ». Il achève son article sur ce livre de colère en montrant qu’il « n’en est pas pour autant nihiliste, car, à quelques années de se convertir au catholicisme, Chesterton travaillait pour libérer les esprits et les ramener aux valeurs essentielles. »

 

 

Enfin signalons que Philippe Maxence, président des Amis de Chesterton, a prononcé mardi 20 avril 2010 une conférence au Centre Saint-Paul à Paris sur Chesterton face aux hérétiques. Il y a fait la présentation d'Hérétiques et Orthodoxie et a recommandé la nouvelle édition de ces deux ouvrages aux éditions Climats.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires