Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 04:15

Depuis plusieurs jours nous présentons aux lecteurs de ce blogue l'Affaire Marconi qui toucha l'Angleterre en 1912 et qui eut une répercussion directe sur la vie de Chesterton. Nous arrivons maintenant à la présentation de ce dernier aspect. 

Image-2-copie-7.png


Cecil Chesterton (1879-1918)


L'Affaire Marconi (5)
Et Chesterton dans tout cela ? En fait, comme nombre de ses confrères de la presse, le jeune frère de l’écrivain, Cecil Chesterton, alors directeur du journal The New Witness, fondé avec Hilaire Belloc, s’était lancé dans une vive polémique contre le gouvernement, accusé de faire le jeu des financiers et de s’enrichir sur le dos du peuple anglais. Il s’en était particulièrement pris à Godfrey Isaacs, frère de l’Attorney General et surtout directeur de la Compagnie Marconi.
Celui-ci le poursuivit devant la justice et le tribunal condamna Cecil Chesterton à une amende de cent livres sterling. Cependant, le tribunal se garda bien de juger le fond de l’affaire. Il n’entendait se prononcer que sur le fait de savoir si Cecil Chesterton avait injustement représenté et dépeint Godfrey Isaacs. Chesterton écrit dans son autobiographie : « Les jurés furent invités à trouver, et ils trouvèrent, en effet, que le portrait du promoteur de compagnies était inexact. Mais les jurés ne trouvèrent nullement, et il leur fut expressément déclaré qu’ils n’étaient pas compétents pour trouver que la conduite des ministres Marconi avait été régulière ».
Toujours dans son autobiographie, Chesterton aborde cet épisode de son existence avec une sorte de détachement dont il ne faut pas être dupe. Il fut fortement révolté par le fait que son frère Cecil, qu’il admirait profondément, fut condamné le 27 mai 1913 pour « Criminal lebel » (diffamation) alors que les ministres s’en tirèrent, certains même bénéficiant d’un titre aristocratique. Comme il le confesse pourtant dans le même ouvrage : « C’est la mode à présent de partager l’histoire récente en avant-guerre et après-guerre. Je crois qu’il est presque aussi important de la diviser en jours d’avant Marconi et jour d’après Marconi. Ce fut durant l’agitation provoquée par l’affaire Marconi que l’Anglais moyen perdit son incurable ignorance ; ou, plus simplement, son innocence ».
N’en doutons pas : Chesterton est bien cet Anglais moyen et c’est bien lui qui perdit alors son innocence politique à l’occasion de ce scandale. 


A suivre… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Un peu d'histoire
commenter cet article

commentaires