Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 10:14

 

Image-1-copie-20.png

 

 

Après moult publications présentées ici, c’est la très sérieuse revue Études, revue des Jésuites, qui a recensé Hérétiques et Orthodoxie de Chesterton, sous la plume d’Adrian Grafe. Celui-ci n’hésite pas à présenter l’œuvre de l’écrivain anglaise comme « l’un des bijoux de la littérature et du catholicisme anglais ». S’il se montre réservé envers Hérétiques, qui lui semble trop dépendre de son époque et des polémiques du moment (ce qui est vrai en partie), Adrian Grafe présente ainsi Orthodoxie dont il résume à merveille le dessein profond :

« Dans Orthodoxie, “livre chaotique” selon l’aveu (désarmant et pas tout à fait vrai) de l’auteur lui-même, Chesterton justifie sa foi en s’appuyant sur l’émerveillement devant le monde dont la meilleure expression est, selon lui, le conte de fées. Là où les déterministes voyaient dans la création une répétition infiniment lassante, Chesterton voyait partout de la nouveauté et de la singularité, empreintes du Dieu créateur. Son émerveillement d’enfant, Chesterton le trouve d’abord chez Dieu : “notre Père est plus jeune que nous” ».

L’article dans son entier est disponible sur le site de la revue.

Signalons, car nous n’en avions pas eu connaissance en son temps (avril dernier), un autre article du même auteur, dans la même revue, consacré à l’édition du Robert Browning de Chesterton.

Bien qu’assez court, l’article nous apprend beaucoup sur les qualités de ce livre : « Cette biographie du “plus grand poète de la joie”, Robert Browning (1812-1889), fut d’abord publiée en 1903. G. K. Chesterton (1874-1936) n’était alors qu’un jeune écrivain peu connu, et l’éditeur, Macmillan, prenait un risque en demandant à un tel auteur de contribuer à sa série “Les hommes de lettres anglaises”. Contre toute attente, le livre rencontra un énorme succès. Cette biographie, ou monographie, comporte une dimension autobiographique, G. K. Chesterton y mettant beaucoup de lui-même ; le biographe, polémiste né, voyait sans doute dans l’immense combativité de R. Browning un reflet de la sienne. Poète lui-même, il analyse de façon passionnante, mais sans entrer dans les détails techniques, les qualités et bizarreries métriques et rythmiques de la poésie de R. Browning. »

 

 

N'oubliez pas de nous dire si vous venez à la Table-Ronde de jeudi prochain à l'Institut Catholique de Paris, de 18h00 à 21h00. Vous nous aiderez…

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires