Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 17:54
COUV-CHESTERTON-UTOPIE.jpg


Les éditions de l’Homme Nouveau viennent de publier un ouvrage peu connu de Chesterton en France, et jusqu’ici complètement inédit : Utopie des usuriers. Paru en 1917, ce petit livre, auquel l’éditeur a ajouté dix-huit autres essais de l’écrivain, fit scandale lors de sa sortie en librairie. En fait, il s’agit même du seul livre de Chesterton qui fut publié directement aux États-Unis sans connaître une édition anglaise préalable.

 

Si les choses se présentent mieux aujourd’hui – Utopia of usurers est disponible en Angleterre désormais –, ce livre, qui s’insère dans la série des essais sociaux de Chesterton,  comme Le Monde comme il ne va pas (L’Age d’Homme) et Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste (éditions de l’Homme Nouveau), mérite lui aussi d’être découvert et lu alors que notre société est confronté à une crise de longue durée qui touche jusqu’à la conception de l’homme qu’elle induit.

 

À sa manière, toujours paradoxale et stimulante, Chesterton surprend son lecteur à chaque page de ce nouvel essai. On ne peut qu’en conseiller la lecture, d’autant que la traduction a été réalisée par Gérard Joulié (traducteur également du Plaidoyer et du gros volume des contes parus à l’Age d’Homme : La fin de la sagesse).

 

En attendant de découvrir plus en détail Utopie des usuriers, en voici la présentation de l’éditeur :

 

 

 

« Lecteur, attention ! Dans ce livre, Chesterton est en colère. Face à une société aux mains des puissances de l’argent, l’écrivain, habituellement si débonnaire, ne cache pas son écœurement et dissèque quelques aspects d’un système qui peu à peu donne tous les droits à l’argent au détriment des anciennes valeurs morales. À son habitude, il ne suit pas une démonstration rigoureuse et conserve son humour pour pourfendre les fauteurs de scandales, les puissants du moment.

 

Livre de colère, essai d’hier pour aujourd’hui, Utopie des usuriers nous apprend qu’il y a un moment où le silence se fait complice et qu’il faut se réveiller au moins pour respecter son propre honneur.

 

On trouvera aussi dans ce livre 18 autres essais à travers lesquels Chesterton aborde la question irlandaise, l’industrialisme prussien, la Révolution française, le mauvais journalisme ou la situation sociale de son temps.

 

Lors de sa publication en 1917, l’ouvrage ne fut pas publié en Angleterre, en raison de sa virulence, mais directement à New York. »

 

 

 

 Le livre venant de sortir, on a tout intérêt à le commander auprès de l’éditeur (tirage limité). Soit directement par téléphone au tel : 01 53 68 99 77 (jours ouvrables et horaire de bureau) ; soit sur le site ICI.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires

jean 26/12/2010 13:07



Bonjour,


 


Le traducteur traduit « negro » par « nègre »... Une erreur de traduction aussi énorme et lourde de sens ne peut que nous faire refermer rapidement cette édition.