Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 06:20
À l'initiative des éditions de l'Homme Nouveau, un livre de Chesterton inédit en France, Utopie des usuriers, vient de paraître dans sa première traduction française signée Gérard Joulié. C'est un événement car si ce livre est inconnu dans notre pays, il n'a pu paraître en 1917 en Angleterre et fut publié pour la première fois aux États-Unis.
De manière étonnante, la colère de Chesterton entre en résonnance avec les interrogations qui naissent aujourd'hui face à la crise dans laquelle notre société est plongée. Si bien que lire ce Chesterton de colère peut nous aider à voir notre propre époque d'un œil différent et retrouver un peu de cette lucidité qui fait les hommes libres. Éditer cet essai de Chesterton représente un véritable pari pour une petite maison d'édition comme l'Homme Nouveau. Aussi le tirage de ce livre est-il limité et qu'il préférable de commander directement auprès de l'éditeur, soit directement par téléphone (01 53 68 99 77) soit en utilisant son site Internet de vente en ligne (paiement sécurisé) : ICI.


Image-1-copie-15.png
La première édition de Utopia of Usurers publiée aux États-Unis en 1917.



Suite de l'introduction
(premier volet, ici et second volet, )
« Moins connu du public français, mais non inconnu de lui, en raison de films comme Michael Collins ou Le Vent se lève, sans parler des travaux d’auteurs comme Pierre Joannon, Utopie des usuriers et autres essais s’insère aussi dans le contexte de l’« Easter Rising ». En 1916, profitant que le gros des troupes britanniques est occupé à se battre en France, les nationalistes irlandais tentent un coup de force le lendemain de la fête de Pâques. Rapidement et impitoyablement écrasé par la machine de guerre britannique, ce soulèvement n’en reste pas moins le point de départ de la guerre d’indépendance qui se soldera par des accords en 1921, lesquels entérineront la partition de l’Irlande et la création d’un État libre rattaché à la Grande-Bretagne. Chesterton est loin d’être insensible à la situation irlandaise, comme on le lira dans ce livre. Sans être encore formellement catholique – il le deviendra seulement en 1922 –, il est révolté par les conditions faites à ce pays majoritairement fidèle à la foi romaine. Plus encore, ses conceptions politiques anti-impérialistes, favorables aux libertés des petites nations, ne peuvent que vibrer face aux revendications nationalistes irlandaises. Il relit d’ailleurs cette épopée irlandaise à travers une vision très personnelle de la Révolution française, vision romantique, peu en rapport avec la compléxité de cette période de notre histoire.
Mais c’est surtout un événement touchant directement l’Angleterre qui explique l’existence de ce livre et la sainte colère de Chesterton contre l’injustice sociale. Pendant l’été 1912, son pays fut secoué par un délit d’initiés aussitôt connu sous le nom de scandale Marconi. »
Sur l'affaire Marconi, les lecteurs de ce blogue pourront se reporter aux différents textes que nous avons publié à ce sujet : ICI, , , , et .

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans La malle des livres de GKC
commenter cet article

commentaires