Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 00:54

Elle vient en écho à notre Table ronde de jeudi 15 octobre où il fut évoqué longuement Chesterton et Bernanos. Dans une Tribune libre publié ce samedi 17 octobre, dans le quotidien La Croix, Dominique Vermesch, professeur à Agrocampus Ouest (Rennes) et ancien modérateur de la Communauté de l’Emmanuel, s’attache à poser des jalons pour « Redessiner la catholicité de l’université ».  Il pose la problématique de son sujet en recourant à Chesterton et Bernanos :

« À voir les remous suscités par l’accord entre la République française et le Saint-Siège sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur, l’idée de laïcité peut emprunter le mot fameux de G.K. Chesterton, repris par Bernanos et suivant lequel le monde moderne serait saturé d’anciennes vertus et d’idées chrétiennes « devenues folles ». Le comble étant parfois que des chrétiens eux-mêmes se prêtent à cette folie, sur fond d’un ressentiment ecclésial régulièrement réactivé ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Veille chestertonienne
commenter cet article

commentaires

FRANçOIS GALLIX 17/10/2009 14:23


je voulais vous remercier pour la qualité de cette soirée sur GK Chesterton. J'aurais voulu vous dire quelques mots, mais le succès était tel, que c'était impossible. Deux questions: je
souhaiterais féliciter mon collègue de Paris IV qui nous a tant diverti et instruit en commentant Sous le soleil de Satan. Nous sommes également au même jury de l'école des Chartes et je peux leur
demander son e-mail, mais si vous l'avez, je gagnerais du temps.
Autre question. Je fais, depuis plusieurs années des recherches sur Graham Greene et communique tous les ans en Angleterre au colloque organisé par le Graham Greene Birthplace Trust, qui est une
'charity'. Je souhaiterais éventuellement  créer, soit une antenne française des amis de Greene, soit une société, un peu comme la vôtre (mais plus modeste...) et vos conseils me seraient
précieux. Merci par avance et encore tous mes compliments. François Gallix, professeur émérite de littérature anglaise à Paris IV-SorbonnE;