Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 14:00

À côté de la mise à jour de ce blog, de la préparation du bulletin de l'association, de l'organisation d'un deuxième colloque (je dis deuxième parce que j'espère qu'il y en aura un troisième), de la préparation de nouvelles éditions de Chesterton, l'une des activités les plus prenantes et les plus passionnantes est celle du… conseil.

Presque chaque jour, je reçois un courrier électronique pour me demander conseil afin de retrouver une citation, indiquer des livres à lire, trouver l'équivalent français d'un passage en anglais, etc.

Dans 90 % des cas, je trouve, non sans avoir passé parfois des heures de recherche. Parfois, je ne trouve pas mais je continue à chercher. Cela m'arrive en ce moment sur un passage vraisemblablement de Chesterton et pour lequel je dois trouver s'il a été publié dans une revue française. C'est toujours l'occasion d'excellents contacts.

Parmi ces demandes de service, certains m'arrivent par téléphone, au milieu d'un rendez-vous ou d'une réunion de travail. Ce fut le cas lorsque Paul-Marie Coûteaux m'appela l'autre jour. Le plus drôle, c'est qu'à force de  répéter toujours la même remarque sur un passage d'Orthodoxie, je fus incapable au téléphone  de lui répondre immédiatement. Après avoir repris mes papiers, je livrais à Paul-Marie Coûteaux le passage attendu. Je retrouve l'évocation de cet épisode dans son Journal publié sur le Net :


« Téléphoné à Philippe Maxence, sans doute l'un des meilleurs connaisseurs de Chesterton en France au sujet de sa fameuse phrase sur les idées modernes devenues folles; je voulais la phrase exacte : la voici, encore plus instructive que je croyais : " Depuis que l'ordre religieux est ébranlé – comme le christianisme le fut sous la Réforme – les vices ne sont pas seuls à se trouver libérés. Certes les vices sont libérés et ils errent à l’aventure et ils font des ravages. Mais les vertus aussi sont libérées et elles errent, plus farouches encore, et elles font des ravages plus terribles encore. Le monde moderne est envahi des veilles vertus chrétiennes devenues folles. Les vertus sont devenues folles pour avoir été isolées les unes des autres, contraintes à errer chacune en sa solitude." G.K. Chesterton, Orthodoxie, chapitre III (Le suicide de la pensée), Idées/Gallimard, 1984, traduction Anne Joba, p. 43. »


Voilà aussi pourquoi j'ai pris un peu de retard pour ce blogue…


Philippe Maxence

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 13:50

 

Nous prions les lecteurs de ce blogue consacré à Chesterton de bien vouloir pardonner le ralentissement actuel dans les mises à jour. Devant terminer un livre en urgence, je suis contraint de mettre au ralenti ma présence sur ce blogue. Cette situation explique également le retard pris par l’association pour la publication de son bulletin. En revanche, je peux vous assurer que la revue se prépare bien et que vous aurez un très beau numéro qui paraîtra de manière certaine au mois d’octobre prochain, à l’occasion du deuxième colloque que nous organisons en partenariat avec The Chesterton Institute.

Ce n’est pourtant pas une raison pour ne pas vous tenir au courant de l’actualité chestertonienne, en attendant de reprendre notre présentation de son œuvre.

 

Philippe Maxence

 

Valeurs actuelles a consacré, dans son édition du 27 mai, deux colonnes très bienvenues et signées Anne-Sophie Yoo, à la publication dans une nouvelle traduction d’Hérétiques et d’Orthodoxie :

« Comment être chrétien et administrer en même temps une bonne raclée aux progressistes de tout poil ? Facile, nous dira Gilbert Keith Chesterton (1874-1936), le génial auteur des désopilantes enquêtes du père Brown: en donnant de la joie aux victimes. Car ce sont bien des leçons de joie que contiennent Hérétiques (1905) puis Orthodoxie (1908), réédités chez Climats (Flammarion). Retrouver la foi à ce compte, c’est, en effet, retrouver tout bonnement le goût de vivre. Chesterton ferraille avec toute la générosité de sa nature contre les figures de l’intelligentsia britannique qui ont cédé au nouveau credo de l’époque : ne surtout croire en rien. Au cosmopolitisme antianglais de Rudyard Kipling, Chesterton répond : Qu’est-ce que le monde ? Un « endroit » à rallier en trois heures ou un « inconnu » plein de merveilles à découvrir juste à vos pieds ? Au surhomme nietzschéen qui fascine tant H.G.Wells, Chesterton oppose le surpassement, soit le courage, apanage du faible. Diagnostic commun à tous ces paradoxes : la notion de progrès évacue celle de progression morale. Quoi de plus extraordinaire alors que de dissiper ces paradoxes par un paradoxe encore plus grand : la croix du Christ. C’est précisément parce qu’il soutient à bout de bras la nature paradoxale du coeur humain que le christianisme permet de vivre. « Découvrir le moyen d’être en même temps charitable et sévère, voilà qui était anticiper sur un étrange besoin de la nature humaine. » Encore faut-il combattre pour réaliser cet équilibre suprême entre force et tendresse. Encore faut-il s’armer de l’humilité de l’enfant face au « mystère des limites illimitées » jalonnant sa route, écrivait Cristina Campo. Une vertu aujourd’hui sacrifiée aux vertiges de la satisfaction… illimitée. ».

Le même numéro signale la première édition en France de Mr. Take de J.B. Morton, au Dilettante. Le rapport avec Chesterton. Tout simplement que l’humour corrosif de Morton fut salué en son temps par G.K.C, comme le note d’ailleurs la recension de Valeurs actuelles : « En résumé, un livre salutaire. G.K. Chesterton, Evelyn Waugh, P.G.Wodehouse s’en sont régalés. La bêtise portée à son plus haut niveau d’incandescence n’épargne ni les nantis ni ceux que la vie a anéantis. »

Deux textes à lire sur le site de V.A.

De son côté, le mensuel du groupe Valmonde, Le Spectacle du Monde a salué également Chesterton, à travers un petit tour d’horizon :

« Le dernier auteur à la mode serait-il un certain Chesterton ? Depuis quelque temps, en effet, paraissent des livres ornés de cette signature. C’est d’abord Omnibus qui édite l’intégrale des histoires policières de son Father Brown puis Gallimard qui offre dans la petite collection du Cabinet des lettrés des petits ouvrages aussi soignés que les bijoux de la reine et là encore portant les initiales magiques de G.K C. Habitué de cet auteur, l’Age d’Homme vient de sortir un recueil d’articles truculents sous le titre A bâtons rompus, après avoir proposé l’an dernier un gros volume de contes. Toujours en 2009, les éditions de l’Homme Nouveau publiaient un inédit politique, Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste, et voici que ce petit éditeur récidive en offrant un autre texte de la même veine, tout aussi inédit en France : Utopie des usuriers. Dans le domaine des monographies littéraires, comment ne pas saluer le Browning de Chesterton proposé dans une édition raffinée par les éditions Le Bruit du temps ?

Mais la palme vient assurément d’être remportée par les éditions Climats. Dans une nouvelle traduction, l’éditeur propose  les deux essais « historiques » de Chesterton : Hérétiques et Orthodoxie. Le premier fut publié en 1905, dans une Angleterre bien tranquille et fit l’effet d’un raz-de-marée. Tranquillement, le jeune auteur dénonçait le philosophiquement correct de l’époque en discutant les maîtres à penser du jour comme des hérétiques. L’attaque fit mouche et on lui demanda de s’expliquer. Ce fut Orthodoxie, autre coup de canon et défense de la foi chrétienne traditionnelle à coups de paradoxes, de contes de fées et d’un humour plus décapant qu’une épée aiguisée.

Ces deux livres sont à nouveau disponibles après des années d’absence. L’auteur britannique, qui a fait l’objet d’un colloque au Collège des Bernardins en octobre dernier (un autre est en préparation pour la rentrée prochaine) et qui voit ses couleurs défendues par une compagnie d’aficionados  séduit encore et toujours par ce que Lucien d’Azay, le traducteur, appelle si justement « la cadence Chesterton ». Bienvenue en Chestertonie ! »

Faits et documents, la lettre d’information d’Emmanuel ratier, qui avait signalé le 15 mai l’existence de notre association des Amis de G.K. Chesterton, avait auparavant annoncé la parution aux éditions de l’Homme Nouveau d’un inédit de Chesterton en langue française : Utopie des usuriers.

Dans sa chronique économique, Jean Rouvière a évoqué très longuement « le réalisme économique et social de Chesterton » à l’occasion de la publication d’Utopie des usuriers. C’était dans Présent du 6 mai dernier. « Les livres de Chesterton, écrit-il, ne sont pas dessinés comme un jardin à la française, sa pensée n’a rien de la rigueur cartésienne, son style lui-même peut dérouter. (…) Mais ce livre de Chesterton, qui est un recueil de chroniques, est un livre de colère qui reste éclairant et réconfortant ».

Enfin, Causeur, la publication du site Causeur.fr d’Élisabeth Lévy publie deux pages d’un texte très personnel de Basile de Koch qui revient sur sa participation à l’émission d’Alain Finkielkraut, en compagnie du philosophe Jacques Dewitte. Un texte évidemment très personnel, décoiffant, hilarant par moment, tout en jouant sans en avoir l’air la gamme de la profondeur. Titre de l’article : Chesterton II (Finkielkraut remix). Vivement que le texte soit mis en ligne sur Causeur.fr
En attendant, Basile de Koch se montre un excellent ambassadeur de Chesterton.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:24

 

 

 

10YrsOld-small.jpg

 

C'est aujourd'hui l'anniversaire de G.K. Chesterton. C'est en effet le 29 mai 1874 que naissait à Londres le grand écrivain britannique que l'on redécouvre aujourd'hui.

Ce matin, sur les ondes de Radio Notre-Dame, vous pourrez entendre l'émission Matière à Penser de Pierre Morrachini qui lui est entièrement consacrée. C'est à 11h05 et le journaliste reçoit Maxime Catroux des éditions Climats/Flammarion et Philippe Maxence, président de l'association des Amis de Chesterton.

L'émission sera ensuite disponible en "postcast" pendant une semaine.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 11:02

Ce jeudi 6 mai, Philippe Maxence, président des Amis de Chesterton, sera l'invité de Daniel Hamiche, sur les ondes de Radio Courtoisie de 18h00 à 19h00. Ils évoqueront ensemble l'actualité chestertonienne et notamment la parution d'un nouvel inédit en langue française : Utopie des usuriers

 

COUV CHESTERTON UTOPIE

 

 

Fréquences FM de Radio Courtoisie en Mhz :
Paris et Ile-de-France, 95,6 | Caen, 100,6 | Chartres, 104,5 | Cherbourg, 87,8 | Le Havre 101,1 | Le Mans, 98,8.
Radio Courtoisie par satellite :
Sur le bouquet satellites CanalSat, si vous êtes abonné, pressez le bouton RADIO de votre télécommande et choisissez "Radio Courtoisie" dans la liste de radios proposées.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 14:38

Partenaire de l’émission L’Esprit des lettres, présentée par Pierre Luc Séguillon sur KTO, la librairie La Procure présentera ce soir, jeudi 29 avril, vers 20h40, plusieurs ouvrages de G.K. Chesterton.

Merci à ceux qui pourraient enregistrer et nous transmettre ces quelques minutes où notre écrivain de prédilection sera présenté.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 16:29

Le 29 mars dernier, Philippe Maxence s'entretenait sur les ondes de Radio Courtoisie avec Gérard Joulié, traducteur d'Utopie des usuriers (ainsi que de Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste; La Fin de la sagesse et Les Contes de l'Arbalète) et avec Lucien d'Azay, traducteur d'Hérétiques et d'Orthodoxie aux éditions Climats.

L'émission est trop lourde pour être mise en ligne ici. En revanche, vous pouvez la télécharger pendant une vingtaine de jours en cliquant sur ce lien : LÀ.

Un bon moyen de découvrir l'approche de deux traducteurs qui s'entretiennent de Chesterton avec passion.

Bonne écoute.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 08:52
La Lettre n°14 destinée aux abonnés de ce blogue a été envoyée ce matin. Elle propose à tous, adhérents ou non adhérents de l'Association des Amis de Chesterton, de découvrir le premier numéro du bulletin de l'association des Amis de Chesterton. Elle contient aussi le bulletin d'abonnement à cette association sans laquelle ce blogue ne pourrait exister et sans laquelle plusieurs ouvrages de Chesterton n'aurait pu être publiés.
Cette mise à disposition du bulletin de l'Association des Amis de Chesterton est exceptionnelle. Dès son numéro 2, qui est en préparation et qui contiendra une étude poussée sur Chesterton et la France en réponse à des propos tenus lors d'un colloque universitaire, ce bulletin ne sera envoyée qu'aux seuls adhérents.
À ceux qui le souhaitent, qui ne sont ni abonnés à Lettre d'information de ce blogue (abonnement gratuit), ni adhérents à l'association des Amis de Chesterton, nous pouvons faire parvenir ce premier bulletin de l'association.
Il se suffit de nous en faire la demande : amis.de.chesterton@free.fr
Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 06:57

La Saint Patrick n’est pas seulement la fête nationale des Irlandais. Ce sera cette année, si tout se passe bien, le jour de la mise en vente d’Hérétiques et d’Orthodoxie, dans une nouvelle traduction aux éditions Climats, une marque de Flammarion.

C’est un événement pour plusieurs raisons ?

– D’abord parce que ces deux ouvrages n’étaient plus disponibles depuis plusieurs années, à l’exception des « reprint » des éditions Saint-Rémi.

– Ensuite, parce que les traductions avaient vieillies, à l’exception certainement de celle d’Anne Joba pour Orthodoxie paru chez Gallimard en 1984.

– Enfin parce que ces deux ouvrages ne sortent pas chez un éditeur confidentiel, mais dans une maison d’édition qui appartient à un groupe assez puissant pour diffuser ces livres qui sont importants dans le corpus chestertonien.

La traduction est signée Lucien d’Azay. Édités dans le format habituel des éditions Climats, aussi bien Hérétiques qu’Orthodoxie sont accompagnés de notes suffisantes (sans être encombrantes) qui permettront aux lecteurs contemporains, peu au fait du monde anglais dans lequel se meut Chesterton, de comprendre les subtilités des propos de l’écrivain. Il faut le dire : c’est un très beau travail qu’il faut saluer comme il le mérite. En se procurant très vite ces deux ouvrages dès leur sortie.

Nous reviendrons bien sûr plus longuement sur la traduction de Lucien d’Azay. En attendant, ce que nous en avons vu, nous laisse entrevoir une belle réussite éditoriale. Tous les amis de Chesterton ne peuvent que s'en réjouir. Le 17 mars, la Guiness coulera à flot. En l'honneur de Chesterton bien sûr et pour le succès de ces nouvelles parutions.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 05:18
Le dernier numéro de La Nef publie une recension de Philippe Maxence consacrée au Robert Browning de Chesterton, récemment édité par les éditions Le Bruit du temps (voir ICI). On peut trouver toutes les informations nécessaires sur La Nef, en allant visiter son site. Et l'on peut découvrir le beau travail du Bruit du temps, en se rendant également sur son site. C'est un éditeur courageux qu'il faut soutenir.



Browning
Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 18:26
Nous republions ici la Lettre d'information n° 13 envoyée aux inscrits à notre lettre de diffusion, en raison d'un « bug » qui s'est passé. En effet, les abonnés ont visiblement reçu une Lettre tronquée, dans laquelle n'apparaît qu'une partie du message de fin et qui est un appel à adhérer à l'Association des Amis de Chesterton. Ils pourront voir ci-dessous que notre propos était plus large. Nous prions nos lecteurs et amis de bien vouloir pardonner cette erreur, dont nous ne sommes pas responsables. Il devient de plus en plus difficile de se servir de l'outil proposé par Over-blog, l'hébergeur de notre blogue. Les incidents se multiplient et nous envisageons de trouver une autre solution pour déboucher sur un site plus performant. En attendant, voici l'intégralité de notre Lettre n° 13.

 

 

Lettre n° 13 – Bonne année 2010

Chesterton

Un Nommé Chesterton

Le blogue de l'Association des Amis de Chesterton


Chers amis de G.K. Chesterton,

I

Nos vœux et les nouvelles du blogue Un Nommé Chesterton

II

Les nouvelles parutions prévues

III

L'Association des Amis de Chesterton : un appel

I.

Il y a longtemps que nous vous avons envoyé une Lettre d’information et il ne nous paraissait pas possible de démarrer une nouvelle année sans vous adresser cette missive. À ce sujet, permettez-nous de vous adresser nos vœux pour une très bonne année 2010, qui sera elle aussi, marquée par plusieurs événements chestertoniens. À cet égard, l’année que nous venons de quitter fut un bon crû : plusieurs publications de livres de Chesterton dont nous vous avons tenu informé sur ce blogue ; création de l’Association des Amis de Chesterton ; réussite de la Table-ronde au Collège des Bernardins au mois d’octobre, organisée en collaboration avec The Chesterton Institute.

Ferons-nous mieux en 2010 ?

Nous le souhaitons, mais tout dépend de vous.

Comme vous l’avez remarqué, le blogue Un Nommé Chesterton a pris une cadence plus lente. Actuellement, nous sommes pris par des travaux qui occupent une grande partie de notre temps et, de ce fait, nous sommes contraints à ralentir la mise à jour du blogue. N’empêche ! Nous continuerons par ce biais de vous informer de l’actualité concernant Chesterton en France et dans le monde (et elle promet d’être nourrie) ainsi que de continuer à présenter l’œuvre de notre écrivain et son histoire. Notre ambition est aussi de parvenir à élargir – enfin – cette année aux écrivains qui entrent en syntonie avec l’œuvre chestertonienne.

II.

Mais 2010 s’annonce déjà sous les meilleurs auspices. Au programme :

– Parution, fin février, aux éditions de l’Homme Nouveau d’un inédit de Chesterton, un livre au ton inhabituel chez G.K.C : Utopie des usuriers. Il s’agit d’un petit essai vigoureux, politique et social, qui entre en résonance avec notre époque, à bien des égards.

– Parution, en mars, aux éditions Climats (groupe Flammarion) d’une nouvelle traduction d’Hérétiques et d’Orthodoxie, les deux essais phares de GKC. C’est un événement qu’il ne faudra absolument pas rater. Il y avait des années que ces deux ouvrages n’étaient plus disponibles en librairie, à part dans une édition reprint.

– La traduction française du Saint Thomas de Chesterton est actuellement en train d’être revue et le livre devrait paraître en 2010, avec une préface.

Un ensemble d’articles plus littéraires de Chesterton sont actuellement en préparation pour paraître chez un éditeur bien connu dans les milieux littéraires.

Les textes de Chesterton concernant la fête de Noël et cette période bénite sont aussi en préparation chez un autre éditeur. Noël 2010 se déroulera donc avec Gilbert Keith. Profondeur, sourire et bonne humeur seront au rendez-vous. Et vous ?

III.

Dans plusieurs de ces cas, l’association des Amis de Chesterton est largement impliquée. Aussi, permettez-moi, pour terminer, de lancer un vigoureux appel.

La création de cette association a été bien accueillie et parmi les premiers membres, plusieurs personnalités n’ont pas hésité à nous rejoindre, nous offrant ainsi un véritable encouragement. Nous remercions tous les membres connus ou non de ce geste de confiance.

Mais si nous voulons accentuer notre effort pour offrir au public français des textes inédits de Chesterton, pour que son œuvre continue d’être éditée par des éditeurs français, il nous faut encore davantage de membres. C’est aussi à ce titre que nous pourrons renouveler l’organisation de manifestation du type de celle des Bernardins qui a été connue et appréciée bien au-delà des milieux normalement concernés par Chesterton. Si de nouveaux ouvrages concernant Chesterton sont annoncés aujourd’hui, on peut y voir un fruit de ce Colloque. De son côté, The Chesterton Institute désire renouveler l'opération. Mais serons-nous au rendez-vous ?

C'est pourquoi, nous avons besoin de vous ! Si chacun de ceux qui reçoivent cette lettre d’information adhérait à l’association, nous pourrions décupler notre action. En ce début d’année, permettez-moi de vous inviter à nous rejoindre. Vous pourrez bénéficier ainsi du Bulletin de l’association qui va prochainement paraître et du premier Cahier de l’association. Vous trouverez les indications pratiques ci-dessous. Merci de votre réponse.

A bientôt donc.

Philippe Maxence

 Président de l’Association des Amis de Chesterton

 Aux bons soins des éditions de l’Homme Nouveau

 10, rue Rosenwald, 75015 Paris.

 Tél. : 01 53 68 99 72

 Courriel : amis.de.chesterton@free.fr

Les membres du collège des associés règleront une cotisation annuelle de 15  € (ou seulement 10  €, s’ils sont prêtres, religieux, étudiants, chômeurs) : ils recevront gracieusement et tous les trimestres dans la boîte à lettres de leur messagerie informatique, et au format PDF, le Bulletin de l’Association sur l’actualité chestertonienne en France et à l’étranger (on pourra en recevoir la version papier moyennant un supplément de 4 € pour participer aux frais postaux). Toutefois, le service du Cahier annuel de l’association, qui comprendra articles sur Chesterton et inédits en français de l’écrivain, ne pourra leur être assuré que s’ils acquittent une cotisation de 25  €. Les membres bienfaiteurs, qui règlent une cotisation annuelle de 100  €, auront le service gracieux du Cahier annuel qu’ils recevront dans sa version numérotée – tirage dit “de tête” et limité. Ils bénéficieront aussi du service de la Lettre d’information sous la forme qu’ils indiqueront. Il sera toujours possible aux associés comme aux bienfaiteurs de se procurer, dans la mesure du stock disponible, des exemplaires supplémentaires du Cahier, moyennant 13  € pour l’édition courante ou 30  € pour l’édition numérotée.

Un moyen d’aider l’association consiste aussi à lui commander les ouvrages suivants : Pour le réenchantement du monde. Une introduction à Chesterton de Philippe Maxence (Ad Solem), 20 €; L'Univers de Chesterton, petit dictionnaire raisonné de Philippe Maxence (Via Romana), 24 €; Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste de G.K. Chesterton (éditions de L'Homme Nouveau), 22 €.

Les frais de port sont offerts par l’association.

Nous mettons aussi à la disposition de nos amis un service de recherche de livres épuisés, français ou anglais, de Chesterton. N’hésitez pas !

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article