Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 10:43




C’est un événement important, qu’il ne faut absolument pas manquer. Daniel Hamiche a reçu, jeudi dernier, en direct et par téléphone, le Père Ian Boyd, président du Chesterton Institute, principal organisateur de cette manifestation qui se déroule pour la première fois en France. Tous ceux qui ont entendu le Père Boyd ont été conquis par la clarté de son propos, sa simplicité, sa connaissance très large de Chesterton, sa volonté de ne pas entretenir un musée mais de s’appuyer sur Chesterton pour répondre aux défis du monde contemporain.

Cette Table ronde, ouverte à tous (nul besoin de diplômes universitaires) effectuera un pont entre les écrivains catholiques français et Chesterton et ses amis.

N’hésitez pas à venir. Pour la qualité de la soirée elle-même. Pour la qualité des intervenants. Pour la beauté du lieu : le Collège des Bernardins. Et pour que nous puissions renouveler ce genre de manifestations, nécessaires aujourd’hui plus que jamais.

Vous aimez Chesterton ? Alors, vous ne pouvez être des indifférents. Vous aimez forcément la vie, avec force et passion. Nous vous donnons rendez-vous et nous vous attendons le :

Jeudi 15 octobre

De 19h30 à 20h30

au Collège des Bernardins

Salle Lexington

20, rue de Poissy

75005 Paris

 

L’inscription n’est pas obligatoire mais elle nous aide en nous permettant d’ajuster l’organisation au mieux.

Vous pouvez réserver par téléphone (01 53 68 99 72) ou par courriel : amis.de.chesterton@free.fr

Tarif : 5€ ou 3€ pour les étudiants, prêtres et religieux, bénéficiaires des minima sociaux, moins de 26 ans.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 16:11

La République des livres est le blogue tenu par Pierre Assouline qu’il n’est nul besoin de présenter ici. Dans un texte paru le 15 septembre, il publie la première liste des « heureux » (?) retenus pour concourir pour le Prix Goncourt. Non, rassurez-vous, je n’en fais pas partie, n’ayant pas écrit de roman et m’en sentant bien incapable.

Mais alors pourquoi vous en parlez sur ce blogue dédié à Chesterton ?

Ferait-il partie des « heureux » sus-mentionnés ?

Vous brûlez !…

En fait, la liste mise en ligne par Pierre Assouline a ouvert une série de commentaires. Parmi l’un d’eux, on peut lire ceci :

« comment disait Chesterton déjà ? le rare et le merveilleux c’est d’atteindre le but ; le vulgaire et le normal c’est de le manquer…. En fait il disait cette phrase dans un contexte très particulier, une démonstration qui visait à dire que le merveilleux réside dans la banalité du quotidien, possible que grâce à l’éventualité de la menace de sa disparition, c’est un simulacre, pour continuer d’exister.

passou, vous croyez qu’on pourrait mettre Chesterton dans la liste du Goncourt cette année, sans le dire à personne, ça pourrait passer inaperçu.

Rédigé par : Dexter | le 15 septembre 2009 à 20:53 | Alerter

#

Dexter, salut!

je tiens à vous mettre en garde: minimiser Toussaint pour Chesterton c’est un coup à vous brouiller autant chez Minuit que chez Corti.

Vous devriez penser à votre carrière mon garçon! Surtout en cette période de prix littéraires où les choses sont déjà assez tendues comme ça sans que vous en rajoutiez.

Déjà que vous venez de décevoir une de vos fans les plus inconditionnelles! Car Miss Poo Poo a cassé un de ses talons hauts en début de soirée, trop pressée qu’elle était, je vous dis pas, elle est d’humeur furieuse, et vous qui lui parlez du papier peint dans sa salle de bain!

Vous avez tort, Dexter, de sous-estimer la puissance de feu de Gallimard… (heu… qu’est ce que je raconte là ?)… hum… vous avez tort, Dexter, de sous-estimer la puissance de l’intellect en altitude (c’est mieux ça!).

La preuve c’est que, Musil ou pas, qualité ou qualifications, Dexter, il va bien vous falloir considérer que ‘L’homme à tout faire’ de Robert Walser (Poche Suisse) vaut toutes les salles de bain de la rentrée littéraire.

Ceci dit, votre Chesterton là, il est traduit par qui déjà?

Rédigé par : odradek (en passant) | le 15 septembre 2009 à 21:08 | Alerter »

Le reste est sur La République des livres.

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 12:47

Comme vous le savez, l’événement chestertonien de la rentrée est constitué par la Table-ronde consacrée à Chesterton et au renouveau littéraire catholique au XXe siècle. On y parlera de Chesterton, mais aussi de Claudel, Bernanos, Péguy, Benson, Belloc et de bien d’autres écrivains catholiques français et anglais.

Cette manifestation est co-organisée par le Chesterton Institute et l’Association des Amis de Chesterton (signalons à ce sujet que nous avons absolument besoin de vos adhésions pour développer une meilleure connaissance de Chesterton en France et notamment l’édition d’inédits, encore nombreux).

Mais au fait, qu’est-ce que le Chesterton Institute ?

Organisme d’éducation, sans but lucratif, le Chesterton Institute est un département de la Seton Hall University (South Orange, New Jersey, USA). L’Institut a également un bureau à Oxford, en Grande-Bretagne, ville universitaire s’il en est.

Ses buts ? Promouvoir la pensée de G.K Chesterton et de son entourage, mais aussi tracer des pistes pour voir comment les idées Chesterton peuvent trouver une application dans le monde actuel.

Pour l’Institut, le recours de Chesterton à une approfondissement de l’imagination morale et sociale peut apporter une aide pour résoudre la crise actuelle. The Chesterton Institute est vraiment convaincu (et nous aussi, faut-il le souligner ?) que Chesterton offre des réponses convaincantes à la crise culturelle de notre temps. Pourquoi ? Parce que son œuvre, que l’on accuse si facilement de partir dans tous les sens, a de ce fait abordé un grand nombre de questions qui touchent au cœur de la crise du monde contemporain. Cette dernière revêt des formes diverses : la séparation de la culture et de la foi ; la privatisation de celle-ci ; l'appauvrissement de l'imagination morale ; l'agression contre la dignité de la personne humaine ; la promotion de l'individualisme consumériste et avec elle la destruction de authentiques communautés, plus particulièrement la famille et enfin, la perte du sens du sacré.

De ce fait, selon une litanie inverse, ou plutôt qi serait remise dans le bon sens, le Chesterton Institute entend travailler à un réveil de l'imagination morale et sacramentelle, à un sens renouvelé de la dignité humaine, à la ré-évangélisation de la culture et à un retour à l'équilibre social. On le comprend, si Chesterton est un point de départ, il ne s’agit pas de se fixer sur lui seulement. Plus que l’homme et l’œuvre, le Chesterton Institute entend s’intéresser aux vérités qu’il a exposées.

Plus concrètement, le Chesterton Institute œuvre à travers l’organisation de conférences, de colloques et à travers l’aide à la recherche en tout ce qui concerne les buts qu’il s’est fixés. À cela s’ajoute la publication d’une revue de type universitaire, The Chesterton Review, d’une très grande qualité. Parmi les numéros spéciaux, la Chesterton Review a publié des numéros consacrés à CS Lewis, Georges Bernanos, Hilaire Belloc, Maurice Baring, Christopher Dawson, le cardinal Manning, la crise moderniste, les écrivains chrétiens japonais, l'éthique et l'économie en Europe post-communiste, JRR Tolkien, la littérature fantastique ou un numéro sur la Pologne.

C'est cet organisme de portée internationale qui est l'organisateur principal, avec notre petite aide, de la Table-ronde du 15 octobre prochain. C'est un vrai pari ! Les Français seront-ils au rendez-vous ? Aurons-nous le plaisir de vous rencontrer dans le cadre prestigieux du Collège des Bernardins, inauguré par sa sainteté Benoît XVI ? Nous vous attendons. N'hésitez pas à vous inscrire auprès des amis.de.chesterton@free.fr
Pour plus de détails, voir ICI , et .
Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 00:54
Le Chesterton Institute, fondé et dirigé par le Father Boyd, vient de lancer un nouveau bulletin d'information, destiné à tenir au courant ses lecteurs des diverses manifestations organisées par ses soins.
Le premier numéro revient sur la rencontre du 11 juillet dernier, consacrée à la réponse distributiste à la crise actuelle. Cette manifestation s'est déroulée à Oxford et a bénéficié d'un article, reproduit en partie ici, dans The Catholic Herald dans son édition du 24 juillet dernier.



Mais The Catholici Herald ne fut pas le seul journal à parler de cette manifestation. Citons par exemple The Tablet qui lui a consacrée deux pages dans son édition du 1er août dernier :






Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 00:25

Cette Table-ronde n’est donc pas destinée aux seuls passionnés de littérature anglaise ?

 

Non, et c’est justement là toute la délicatesse de la proposition de Brian Sudlow. Il s’agit aussi de parler de nos écrivains, et à travers l’évocation d’un phénomène identique des deux côtés de la Manche – le renouveau catholique en littérature – de montrer l’universalité de l’Église catholique. À travers des particularités nationales bien réelles, on rencontre en effet un fond commun chez les écrivains catholiques de cette époque. Cependant, plutôt que de forcer le rapprochement, les intervenants auront cœur d'évoquer chacun d’entre eux.

 

Mais, alors, Chesterton disparaît complètement ?

 

Bien au contraire ! Chesterton est le point central et en quelque sorte le lien unificateur entre ces différents écrivains. D’ailleurs, il suffit de voir ses relations avec Claudel pour le comprendre. Ne vous inquiétez pas, nous parlerons abondement de notre écrivain pendant cette soirée-événement.

 

Vous parlez d’événément ! Pourquoi, au juste ?

 

En fait, pour plusieurs raisons. D’abord parce que c’est la première fois à ma connaissance qu’une rencontre de ce type a lieu en France autour d’un écrivain comme G.K. Chesterton. Celui-ci connaît aujourd’hui un véritable renouveau : il est lu, de nouvelles traductions en langue française paraissent, des éditeurs s’y intéressent, des passionnés se réunissent autour de sa mémoire et de son œuvre.

Ensuite, parce que cette rencontre est le fruit d’une collaboration internationale entre des Américains, des Anglais et le petit noyau de Français qui se sont réunis dans l’Association des Amis de Chesterton dont la naissance a eu lieu pendant l’été.

Enfin, nous sommes accueillis dans un cadre prestigieux, celui du Collège des Bernardins. Je ne suis pas loin de penser que Chesterton n’aurait pas été insensible à ce lieu du moyen-âge, à sa beauté, à la qualité de sa restauration.

 

Justement, comment arrivez-vous à vous « offrir » un tel endroit aussi prestigieux ?

 

Soyons clair : cette rencontre est le fruit d’un partenariat à trois : The Chesterton Institute, le Collège des Bernardins et l’Association des Amis de Chesterton. Mais il faut rendre là un hommage particulier à la générosité de nos amis Américains du Chesterton Institute qui finance cette manifestation. Qu’ils en soient chaudement remerciés. Sans eux, rien ne serait possible !

 

Puisque nous parlons finances, à combien s’élève l’entrée ?

 

Là aussi, il faut souligner le prix modique qui est de 5€ l’entrée normal et de 3€ pour les étudiants et les chômeurs. Je pense que tous peuvent faire l’effort de se déplacer pour cette soirée de rencontre culturelle dans un cadre historique pour un tel prix.

 

Et le programme ?

 

Une grande place est laissée aux intervenants Français puisque Sébastien Lapaque évoquera Georges Bernanos dont il est un excellent connaisseur. De son côté, Rémi Soulié, auteur d’un essai remarqué sur Péguy, nous parlera de l’auteur De notre jeunesse. Pour ma part, outre la présentation générale de la soirée, dans laquelle je parlerai de Chesterton et la France, j’évoquerai aussi les liens entre Chesterton et Paul Claudel. Il reviendra à notre ami anglais, Brian Sudlow de dresser un tour d’horizon plus général sur l’ensemble des écrivains français et anglais qui furent les acteurs du renouveau catholique au début du siècle dernier. Et puis, nous aurons le Father Boyd qui évoquera Chesterton et nous ne serons pas déçus.

 

Attendez-vous des retombées de cette rencontre pour l’Association des Amis de Chesterton ?

 

Nous attendons d’abord des retombées pour la connaissance de l’œuvre de Chesterton en France. Nous essayons de la faire mieux connaître par le blogue des Amis, par notre projet de revue (en préparation). Mais il y a en France de véritables spécialistes de notre écrivain : François Rivière, Max Ribstein, Christian d’Haussy. Nous voudrions faire davantage que nous n’avons fait jusqu’ici pour que leurs travaux soient connus. Ils le méritent amplement. Pour l’association proprement dit, nous voudrions que cette Table-ronde soit un premier lieu de rencontre et l’occasion aussi de nous faire connaître, de recruter de nouveaux membres, pour continuer à éditer Chesterton, encourager des travaux le concernant, etc. Plus nous aurons de membres, plus nous serons capables de répondre à nos objectifs.

 

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 00:02



Pourquoi une Table-ronde sur Chesterton et le renouveau catholique en France et en Angleterre ?


Alors que nous voulions lancer une association des Amis de Chesterton, à partir du blogue que nous avions déjà créé et qui rencontrait un certain succès, nous avons pris contact avec The Chesterton Institute, organisme international dont le siège est à Seton Hall University aux Etats-Unis. Les premiers contacts ont été très vite très bons et l’idée d’un colloque en France est vite apparue.


The Chesterton Institute a donc l’habitude d’organiser ce type d’événement ?


Oui, c’est l’une de ses principales fonctions, même si ce n’est pas la seule. Quand nous prenions nos premiers contacts avec les représentantes du Chesterton Institute qui avaient fait le voyage à Paris, le Chesterton Institute venait d’organiser ou allait organiser des conférences en Amérique latine, région particulièrement intéressée par l’œuvre de GKC, mais aussi en Italie, pays particulièrement vivace au plan intellectuel et éditorial. Très vite, The Chesterton Institue nous a demandés si la France pouvait au moins accueillir le projet d’une Table-ronde. Après réflexion, nous avons pensé que « oui » au regard du nombre d’abonnés à notre Lettre d’information. C’est dire que nous attendons de ceux qui habitent en Ile-de-France une présence effective le jeudi 15 octobre prochain.


Mais le thème, comment a-t-il été fixé ?


Une nouvelle rencontre a eu lieu, une nouvelle fois à Paris, en présence de Brian Sudlow, maître de conférence à l’Université de Reading en Grande-Bretagne. Brian est un être exquis, qui connaît bien la littérature française, et notamment Adolphe Retté, un anarcho-monarchiste français, converti au catholicisme. Brian a consacré sa thèse à Retté et celle-ci doit prochainement paraître chez un éditeur universitaire anglais. Mais pour en revenir à notre sujet, c’est Brian qui a proposé d’élargir le sujet de notre Table ronde en parlant du renouveau littéraire catholique en France et en Angleterre à l’époque de Chesterton. C’était une manière de parler aussi d’auteurs français, ce que souhaitait d’ailleurs le Père Boyd, passionné de Charles Péguy.


Le Père Boyd ?


Oui, pardon. Le Father Boyd, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici, est le Président du Chesterton Institute. C’est certainement l’un des hommes au monde qui a le plus fait pour maintenir et faire connaître l’œuvre immense et riche de GKC. Prêtre catholique, religieux, Father Boyd est un géant, au bon sourire et sa gentillesse fait d’emblée penser au Father Brown. Il connaît tout de Chesterton et l’entendre parler est un véritable plaisir. Mais plus incroyable encore, cet homme s’efface pour donner la parole à d’autres et pour permettre que l’on parle, discute de Chesterton. Sa venue en France, dans le cadre de cette Table-ronde, est plus qu’une grande nouvelle. C’est un honneur.

Pour les informations pratiques, c'est ICI
Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 00:31

A Divine “Entente Cordiale”

La renaissance de la littérature catholique

en France et en Angleterre au XXe siècle


G. K. Chesterton, Georges Bernanos

Charles Péguy, Paul Claudel

et les autres...


Jeudi 15 octobre 2009

de 19h30 à 21h30

au Collège des Bernardins,

Salle Lexington

20, rue de Poissy,

75005 Paris



Orateurs:

– Père Ian Boyd, éditeur de la Chesterton Review et président du G. K. Chesterton Institute;

– Philippe Maxence, journaliste, écrivaín et président de l’Association “Les Amis de Chesterton”;

– Sébastien Lapaque, écrivain et journaliste au Figaro littéraire, sur Georges Bernanos;

– Rémi Soulié, écrivaín, sur Charles Péguy;

– Brian Sudlow PhD, maître de conférence à l’université de Reading, (Angleterre).


Pour informations et réservations:

amis.de.chesterton@free.fr — Tél. 01 53 68 99 72

chestertoninstitute@shu.edu —Tél. (00) 1 973 275 2431

recherche.contact@collegedesbernardins.fr — Tél. 01 53 10 74 37


Entrée : 

5€ (plein tarif),

3€ (tarif réduit: moins de 26 ans, étudiants, chômeurs, etc.)

Il s'agit d'un événement unique, à ne pas manquer. Nous vous attendons tous. Une rencontre à faire connaître autours de vous,

notamment auprès des plus jeunes. 


Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 19:10


 

Le Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste, titre français du recueil d’essais de Chesterton paru sous le titre original, Outline of sanity, est complètement épuisé.

Cette édition était la première en langue française de cet essai de réflexions politiques et économiques. La presse, toutes tendances confondues, a généralement fait un bon accueil à ce livre dont la première édition date de 1926. Chesterton tentait, à sa manière – unique – de décrypter les maux de nos sociétés modernes et annonçait trois ans à l’avance (quatre si l’on prend en compte le fait qu’il s’agit d’un recueil d’articles parus l’année précédente) la crise de 1929.

Deux facteurs semblent avoir aider la diffusion de ce livre :

a)     le fait que nous vivions une crise qui remet en cause les certitudes d’un monde globalement sous emprise libérale ;

b)    la proximité des thèses chestertoniennes avec plusieurs thèmes abordés par le pape Benoît XVI dans sa dernière encyclique ;

 

À cela s’ajoute une véritable curiosité et un bon accueil de la part de ceux qui suivent habituellement l’édition en langue française d’ouvrages signés de GKC.

 

Que ceux qui n’ont pas encore l’ouvrage se rassurent : la réédition est en route et contient même une proposition toute particulière pour les membres de l’association des Amis de Chesterton qui s’est lancée cet été. Au fait, si vous adhériez ?

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 17:58


 

 

Qui l’aurait cru ? Chesterton pourrait être utile pour dénouer un problème de la démocratie suisse. C’est en tous les cas ce que suggère un article du Temps, journal de la Suisse romande et francophone fondé en 1998. Signé Joëlle Kuntz (photo), cet article, Le Détective et le criminel, montre que la méthodologie policière adoptée par Chesterton, notamment à travers son héros de prêtre détective, le fameux father Brown, est exactement celle qu’un jury populaire doit adopter avant de juger une affaire criminelle.

La journaliste, qui s’inspire en fait de la nouvelle Le Meurtre des piliers blancs  écrit : « Les citoyens suisses ne sont pas détectives mais comme jury populaire aux affaires douteuses de l’Etat, ils ont besoin de connaître en détail la nature des méfaits, l’identité des commettants et surtout leur mobile. A ce stade de l’affaire libyenne, ils sont comme le détective de Chesterton: les seuls ignorants de l’histoire, entièrement dans le bleu alors que tous les linkparticipants au drame connaissent chacun au moins un bout de l’histoire. Tenus par de mystérieuses loyautés, ils n’en disent évidemment rien. »

Pour que son discours soit mieux entendu, Joëlle Kuntz précise : « Mais si la méthode de Chesterton était la bonne? Avant de comprendre le crime, son détective essaie de comprendre les hommes. Et que voit-il? Des personnages envahis de passions: l’un veut venger un fils dont le nom aurait été sali par la police genevoise. Il a pour lui la puissance du pouvoir et de l’argent. Deux autres sont en rivalité pour le sauvetage d’intérêts économiques cachés sous une burka mais dont on reconnaît les pieds. Ils se disputent le sauvetage de deux concitoyens appelés «otages» depuis peu, mais dont la libération sauvera leur carrière de conseillers fédéraux à Berne. Ils sont entourés de toutes sortes de conseillers, d’avocats, de médiateurs secrets dont Chesterton observe sans méchanceté mais sans admiration les manigances inefficaces. »

Incroyable Chesterton ! Ici ou là, il se dit que c’est un auteur vieux jeu, perdu dans ses idées réactionnaires, un catholique accroché à sa foi comme à une bouée de sauvetage, un polémiste d’un autre temps, un écrivain d’un sérieux douteux et d’un humour pesant. Et pan, tranquillement, la Suisse nous rappelle que les écrits de Chesterton contiennent bien davantage qu’il n’y paraît et que s’en inspirer pourrait aider à sauver la justice du pays. La France pourrait prendre exemple ? Au fait, vous avez adhéré à l’Association des Amis de Chesterton ?

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 00:57


 

 

Vous recherchez un livre de G.K. Chesterton, Hilaire Belloc, Maurice Baring, Evelyn Waugh, C.S. Lewis, Tolkien ou qui leurs sont consacrés ?

Nous pouvons faire cette recherche pour vous et vous faire parvenir les ouvrages aussi bien en français qu’en Anglais, voire dans d’autres langues.

Nos correspondants à travers le monde nous aident dans cette recherche.

En sens inverse, vous voulez  vendre un livre de l’un de ses auteurs, n’hésitez pas là aussi à prendre contact avec nous, nous répercuterons votre proposition sur notre blogue.

 

Contact : amis.de.chesterton@free.fr

 

Au fait, êtes-vous adhérent de l'Association des Amis de Chesterton ? Pas encore ! Vite, voyez ICI.

 

 

 
Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Information
commenter cet article