Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 11:20

Les amis de Chesterton connaissent-ils J.B. Morton ? Si vous habitez outre-Manche, vous avez certainement entendu parler de celui qui illustra les colonnes du Daily Express de 1924 à 1975 sous la signature de « Beachcomber ». Si, au contraire, vous habitez nos rivages, il est peu probable que ce nom évoque pour vous quelque chose, à part un parfait inconnu. Mais rassurez-vous : cette ignorance nous sommes nombreux à la partager. Elle montre d’ailleurs que nous avons encore des choses à découvrir et de bons moments de rigolade à passer.

 

Image-14.png

 


Désireux de soigner notre cas, les éditions du Dilettante viennent de publier Mr. Thake ou les tribulations, les infortunes et les déboires d’un gentleman anglais. La traduction a été assurée par Thierry Beauchamp, qui signe fort heureusement une postface qui nous permet de mieux connaître cet extraordinaire maître du nonsense.

 

Image 13

 

Poète à l’origine, journaliste par nécessité, « Royal Fusilier » à cause des humeurs politiques de la première décennie du XXe siècle, John Cameron Andrieu Bingham Michael Morton, dit J.B. Morton (c’est quand même plus simple…) récupéra, en 1924, une chronique de potins loufoques, illustrée jusqu’ici par John Bernard Arbuthnot sous le nom de « Beachcomber » puis par Dominic Bevan Wyndham Lewis. Ce dernier partageait avec Morton, outre le même bureau, un certain penchant pour le vin, la France, le catholicisme et le goût des facéties heureuses. Devant rejoindre le Daily Mail, il pistonna Morton qui prit place dans les habits de « Beachcomber » pour ne plus les quitter avant 1975. Il fit de cette chronique quelque chose de bien à part. « Peu à peu, écrit Thierry Beauchamp, il relégua au second plan la voix de Beachcomber, son double moqueur, pour lui préférer celles de correspondants imaginaires, représentants farfelus d’une haute société anglaise à cheval sur son sens du ridicule ». Parmi ces personnages, Oswald Thake, sorte de Bertie Wooster dont le Jeeves s’appelle en l’occurrence Saunders et se montre, lui, plus incapable que son maître…

Ce sont les échanges entre Mr. Thake et Beachcomber que nous offre de lire aujourd’hui ce premier volume. Il s’agit d’une sorte de nonsense à l’état pur. Il faudrait être fou pour vouloir résumer les escroqueries que subit ce bon Mr Take, les femmes qui l’ensorcellent, les départs en bateau qui ne se produisent jamais ou les soirées mondaines dans lesquelles il patauge. Des Etats-Unis à la France, en passant par l’Angleterre, ces aventures déconcertent, étonnent avant de nous emporter dans un sourire complice. De Morton, Evelyn Waugh disait qu’il avait « une fertilité comique inégalée chez les Anglais ». Chesterton le décrivait comme « Un vent grondant de rire élémentaire et essentiel ».

Catholique, Morton se lia aux Belloc, père (Hilaire) et fils (Peter). Il fut proche du courant politique illustré par le « Chesterbelloc ». Quelques allusions, légères et sans pesanteurs, le montrent dans ce volume des éditions du Dilettante. Il écrivit d'ailleurs un livre d'hommage à Hilaire Belloc « Hilaire Belloc A Memoir » et fit paraître une sélection de textes du célèbre écrivain.

 

Image-15.png


Mr. Take est le premier d’une longue série de livres (voir liste ci-dessous). Espérons que la rencontre avec le public français permettra de découvrir ces autres recueils.

 

Mr Thake (1929)

Mr Thake Again

By The Way (1931)

Morton's Folly

The Adventures of Mr Thake (republished 2008)

Mr Thake and the Ladies

Stuff and Nonsense

Gallimaufry

Sideways Through Borneo

A Diet of Thistles

A Bonfire of Weeds

I Do Not Think So

Fool's Paradise

Captain Foulenough and Company

Here and Now

The Misadventures of Dr Strabismus

The Dancing Cabmen

The Tibetan Venus

Merry-Go-Round (1958)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les amis de Chesterton - dans Dans la lignée de Chesterton
commenter cet article

commentaires